Action du 11 mars

Publié le par Webmaster

DE LA MATERNELLE À L’UNIVERSITÉ
NON AUX « CONTRE-RÉFORMES » DARCOS/PECRESSE
Fortement mobilisée depuis plusieurs semaines, la communauté universitaire lutte avec
détermination contre la remise en question d’une formation disciplinaire et professionnelle de qualité
des futurs enseignants, contre la précarisation induite par les nouveaux modes de recrutement, contre
les possibles dérives autoritaires de l’administration des établissements et des rectorats recruteurs,
contre le sous-financement chronique de l’enseignement et de la recherche, contre les suppressions
de postes dans tous les corps de l’éducation nationale.
Il apparaît donc qu’un projet de démantèlement de l’enseignement public se met en place de
la maternelle à l’université : il promeut un modèle réducteur de transmission des savoirs, remet en
cause le statut de fonctionnaire des personnels de l’éducation nationale, soumet aux seuls impératifs
de restriction budgétaire les décisions pédagogiques et scientifiques. Il concentre le pouvoir dans les
mains de quelques-uns, en transposant les pires modes d’administration du secteur privé dans le
secteur public.
Le secteur public ne peut et ne doit pas répondre aux mêmes critères que le privé car ni
l’enseignement ni la recherche ne sauraient être considérés comme des marchandises.
Les réformes en cours dans l’université participent d’une attaque globale contre les services
publics :
- la réforme du statut des enseignants-chercheurs : le décret cassant le statut des enseignantschercheurs
n’est que la dernière en date des réformes qui attaquent les statuts de toutes les
catégories de personnels de la fonction publique : individualisation des rémunérations et des
carrières pour les personnels administratifs et techniques, bientôt rémunération au mérite des
professeurs des écoles...
- la réforme de la formation et du recrutement des enseignants (« mastérisation ») participe de la
même logique. Cette réforme supprime de fait la formation pédagogique des enseignants du
secondaire et du primaire par la disparition de l’année de formation en alternance rémunérée qui
suit l’obtention du concours. À terme, elle risque de déboucher sur la suppression même des
concours. Elle est, hélas, cohérente avec la réforme des lycées.
- les suppressions de postes et les restrictions budgétaires : 1 090 suppressions de postes cette
année dans le secteur enseignement supérieur/recherche, 13 500 dans le secondaire, 30 000
annoncées pour l’ensemble de la fonction publique. C’est un plan social de grande ampleur que le
gouvernement met en oeuvre.
- l’extension de la précarité et de la sous-traitance des fonctions : dans l’enseignement
supérieur, 1/3 des personnels de l'université ont un statut précaire. Les personnels BIATOSS
(administratifs, techniques, et al.) sont les premiers touchés. La mastérisation des concours
favorise le recrutement d’enseignants de plus en plus précaires par la mise en place d’un volant de
reçus au master et collés au concours. L’externalisation forcée d’une part croissante de nos tâches
et la disparition en cours des catégories C conduisent à une situation qui allie le gâchis des deniers
publics ainsi distribués au privé, à l’aggravation des conditions de travail et la dégradation des
services publics.
Tout en proclamant l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche priorités nationales,
le gouvernement oeuvre à la destruction du service public.
Pour le faire plier, faisons monter tous ensemble UNE MÊME VOIX DES ÉCOLES, DES COLLÈGES,
DES LYCÉES, DES LABORATOIRES ET DES UNIVERSITÉS, UNE VOIX QU’IL DEVRA ENTENDRE.
La communauté universitaire tout entière, enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs,
ingénieurs, personnels administratifs, techniques, sociaux, de bibliothèque, étudiants est entrée en
lutte contre cette politique. Nous appelons nos collègues de l’enseignement primaire et secondaire,
de la fonction publique, les parents d’élèves et au-delà tous les citoyens à s’unir pour mener
ensemble ce combat.
POUR UN ENSEIGNEMENT PUBLIC DE QUALITÉ, UNISSONS NOS FORCES !
MANIFESTONS ENSEMBLE À NANTES LE 11 MARS
Les personnels et étudiants de l’université de Nantes en lutte

Publié dans Actions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article