Lettre ouverte au ministre

Publié le par Webmaster

Monsieur le Ministre,

Beaucoup d’effets d’annonce et de désinformation ... malheureusement beaucoup moins de dialogue et de concertation concernant toutes vos mesures.
Nous souhaiterions (enfin!) élever le débat et avoir (au moins une fois!) des éléments de réponses face à nos inquiétudes.

- La suppression du samedi matin

Permettre aux familles de se retrouver, alléger le nombre d'heures de cours des enfants français ... après tout pourquoi pas?

MAIS
2h en moins de cours par semaine cela représente 6 mois sur une scolarité.
On rallonge les journées des enfants en difficulté (n’est-ce pas une contradiction?!?)
Quelle organisation pour TOUS? (des cours pour tous le mercredi matin? commencer plus tôt? plus tard?) Aucune solution n'est apportée, c'est au conseil des maîtres de chaque école de décider, donc plusieurs organisations sont possibles sur une même commune ...
Quid du rythme biologique de l’enfant ? S’en préoccupe-t-on encore ?
Supprimer les samedis matins, notamment en ZEP, est-ce très judicieux quand on sait que certains enfants sont livrés à eux-mêmes ?


- Le "soutien" scolaire

Un soutien scolaire gratuit pour les enfants en difficulté, c'est séduisant.

MAIS
On stigmatise les enfants en difficulté qui sont obligés de rester le soir, revenir pendant les vacances …
De plus, rallonger leurs journées (parfois 7heures!) et raccourcir leurs vacances, est-ce vraiment leur donner de meilleures chances de réussite?
En outre, on confond souvent "difficulté ponctuelle" (sur une notion) et "enfants en difficulté" qui auraient besoin d'être pris en charge (sur le temps scolaire!) par des maîtres spécialisés (membres du RASED ... en voie de disparition!).
Les heures supplémentaires attribuées correspondraient à la création de 550 postes (qui auraient pu être affectés aux RASED incomplets ... il est faux de dire que l'on manque de candidats, de nombreuses demandes de formation ont été refusées!)
Il est également faux de faire croire que l'on peut résoudre en 5x3heures pendant les vacances ce que l'on n'a pas réussi pendant toute une année scolaire


- Les nouveaux programmes

Se recentrer sur les fondamentaux (lire-écrire-compter) et lutter contre l'échec scolaire, oui ...

MAIS
Des programmes plus chargés avec moins d'heures de cours ... est-ce cohérent?
Il y a maintenant un fort déséquilibre entre les maths/français et les autres matières. C’est nier l’apport des autres savoirs et de la transversalité entre les disciplines (par exemple faire de la lecture et des maths en sciences etc.), notion qui a disparu dans ces nouveaux programmes.
Se baser sur une conception mécaniste des apprentissages (leçon+exercice), c'est renier toutes les avancées pédagogiques : pour preuve, Monsieur le ministre, vous même ayant reçu un tel enseignement, n'êtes pas capable,
lors d'une émission télé de "réciter" votre règle de 3 pour trouver le prix d'un stylo (connaissant le prix de plusieurs)! Cela fait sourire mais au fond cela illustre parfaitement les limites d'une telle approche ... Apprendre oui mais comprendre et raisonner ce n'est pas interdit, pour tout dire c’est sans doute même mieux!
On nous rabâche que
le nombre d'enfants en difficulté au collège est beaucoup plus élevé qu'avant ... certes, mais il y a 30 ans, beaucoup moins d'enfants allaient au collège et depuis la société a également évolué, ce qui explique peut être cela ...
Par ailleurs, on rajoute même que certains enfants au collège « ne savent pas lire » … ce qu’il faut interpréter par « ne comprennent pas ce qu’ils lisent ». Est-ce alors pertinent de réduire la place occupée par la littérature de jeunesse dans les programmes et de promouvoir
des méthodes de lecture ne laissant que peu de place à la compréhension ?
L'instruction civique et morale laisse également perplexe quand on constate que les notions de vivre ensemble, de débat citoyen, d'esprit critique ont disparu, remplacées par l'enseignement de la morale à partir de maximes et d'adages. Hélas, connaître des règles ne suffit pas à les appliquer ... Bien sûr cela fonctionnait il y a quelques décennies, mais à cette époque le châtiment corporel était malheureusement courant et n'y était pas étranger!
La production écrite redevient de la rédaction, la poésie de la récitation et les arts plastiques se cantonnent au dessin et à l'histoire de l'art ... où est donc passée la créativité ?
L'Education Physique et Sportive devient du sport ... subtile nuance, mais tout de même cela fait passer la performance avant le développement moteur de l'enfant!
Vous annoncez des remontées positives suite à la parution de ces programmes ... étonnant lorsque l'on lit
la note de synthèse départementale de la Loire Atlantique, que l'on sait que le Conseil Supérieur de l'Education a donné un avis défavorable (à ne pas confondre avec le Haut Conseil de l'Education!) et que les critiques sont si nombreuses!
Enfin,
on ne sait toujours pas qui les a rédigés (!) tout en sachant qu’aucun bilan des précédents n’a été réalisé (vous nous dites qu’on sacrifie des générations d’enfants pendant ce temps … est-ce vraiment une réponse objective, honnête et acceptable ?)

- Les suppressions de postes

On ne ferait pas mieux avec plus d’enseignants

MAIS

Peut-on faire mieux avec moins ?

On supprime des postes qui ne se voient pas : liaison école–musée, maîtres animateurs sciences, remplaçants, membres du RASED …
L’accueil des 2 ans est diminué.
Le seuil d’ouverture d'une classe est à 33 en maternelle (et encore il faut dépasser largement ce seuil pour avoir une ouverture de classe, ce qui n’est inversement pas vrai pour les fermetures de classe …)
La moyenne d’élèves par classe est effectuée en comptabilisant TOUS les enseignants (c'est-à-dire par exemple à la fois un enseignant en congé maladie et son remplaçant) ce qui aboutit à
des chiffres quelque peu erronés … par exemple en Loire Atlantique, nous rêverions tous des chiffres que vous avez annoncés! (23 élèves par classe en élémentaire et 26 en maternelle)
Il est vrai que vous créez 23 postes en Loire Atlantique …. 23 postes pour 900 nouveaux élèves, c’est 1 enseignant pour 39 … pour nous c’est insuffisant ! D'ailleurs, depuis longtemps beaucoup d'écoles demandent plus de maîtres que de classes ...

Nous pourrions également évoquer la création des EPEP (regroupement d'écoles avec un conseil d'administration où les enseignants et les parents seront minoritaires), l'avenir des écoles maternelles (remplacées par des jardins d'enfants payants), les emplois précaires (AVS, EVS), le "fichage" des élèves (après Base Elèves voici les récentes évaluations CM2).

Il est temps qu'un vrai dialogue s'installe pour l'avenir de l'école ... réformer oui (bien sûr!) mais pas n'importe comment ni à n'importe quel prix ...

N.B. Les liens revoient à d'autres articles de ce blog
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article