Appel des 100

Publié le par Webmaster

APPEL DES 100 A L’ARRET DE L’AIDE PERSONNALISEE

(Je suis informé(e) que cet appel sera diffusé donc rendu public, dans l'optique de faire grossir cet appel des 100 en un appel des 100 000 !)

En conscience, nous avons décidé d’arrêter le dispositif d'aide personnalisée parce que, au-delà des risques de discrimination de nos élèves en difficulté, il n’est pas de nature à répondre sur le fond à la difficulté scolaire.

On en arrive à cette aberration que nos élèves en difficulté sont plus fatigués qu’avant, et donc moins réceptifs, disponibles  aux apprentissages ! Ainsi, nos constats, après deux mois de mise en place de cette aide, rejoignent les recherches faites par des spécialistes des rythmes de l’enfant (cf H Montagner et F Testu). On ne peut ignorer ces rythmes, dès lors qu’on se propose d’aménager, de modifier le temps scolaire. Rallonger une journée de classe, qui est déjà la plus longue du monde, ne peut que nuire à tous les élèves, et encore plus aux plus fragiles !

Nous constatons une confusion volontaire d’assimiler l’aide individualisée des enseignants de la classe aux aides mises en place par les enseignants spécialisés. Nous ne voulons pas servir de prétexte à la suppression de RASED. Nous avons besoin des aides spécialisées, nos élèves en difficulté ont besoin d’eux, et en aucun cas nous ne pouvons les remplacer !

La prévention et la prise en charge des difficultés scolaires doivent s’effectuer pendant le temps scolaire de tous les élèves. Les difficultés d'apprentissage d'un élève ne doivent pas être un problème posé au seul enseignant de la classe mais à l'équipe dans son ensemble. C'est en diversifiant les approches pédagogiques et les formes de travail, en ayant la possibilité de travailler avec un maître supplémentaire, des enseignants spécialisés, que le traitement de la difficulté scolaire doit être envisagé. C’est aussi en ayant une meilleure formation, tant initiale que continue, sur l’aide aux élèves en difficulté.

Notre participation à cette mascarade a des effets négatifs que nous n’avions pas mesurés avant sa mise en place : les enseignants étant engagés dans des dispositifs de soutien, ils ne sont plus disponibles pour les rencontres informelles que nous avions avant.  Nous n’avons plus le temps de discuter, nous courons littéralement après le temps. Le travail d’équipe s’en ressent considérablement, l’ambiance entre collègues aussi.

Nous allons donc utiliser les 60h pour réellement travailler sur la difficulté scolaire.

 Nous allons transformer ces 60h en temps de concertation entre collègues, avec les membres du RASED, de rencontre avec les parents, de construction de projets d’équipes pour « faire échec à l’échec »

Nous faisons ce choix de consacrer ces 60h  pour contribuer, par notre présence et nos actions pédagogiques, à construire une école du respect, de la coopération, de la solidarité, pour la réussite de tous nos élèves.

Publié dans Actions

Commenter cet article