Note confidentielle sur le malaise actuel dans l'EN

Publié le par Webmaster

06 décembre 2008

http://dominiquehasselmann.blog.lemonde.fr/


Le Chasse-clou a pu se procurer un document confidentiel émanant de la DCRI, et qui met le doigt sur le malaise actuel dans l’Education nationale, à la suite des différents projets annoncés par le ministre Xavier Darcos.

Voici ce document, qui date du 5 décembre 2008.

« RF/MIOMCT/DCRI/FD/567/LJG/3467/DZ/RG/897/528UI/061208/JPLC/ME :

Objet : température de l’Education nationale.

Cette note, rédigée par nous, OPJ, Jean-Pierre Le Chemin et Michel Escarpolette, a pour objet de donner la température, à un instant T, de l’Education nationale, en proie, ces dernières semaines, à quelques soubresauts qu’il importe de surveiller avec attention.

Les récents projets du ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, portant notamment sur la réforme des lycées, des programmes et des postes d’enseignants, agitent la communauté éducative, les syndicats, les parents et les élèves.

Nous traiterons dans une autre note à venir de l’enseignement supérieur qui dépend de madame Valérie Pécresse.

Pour ce qui concerne la réforme des lycées, nous constatons une agitation qui a démarré ces jours derniers à Marseille et qui risque de se développer dans d’autres villes de France. Le 15 novembre, le ministre a été chahuté par 600 lycéens à l’Ecole polytechnique de Saclay (Essonne) : il semble que nos collègues envoyés sur place aient mal évalué au préalable la situation.

Le 5 décembre, on a pu noter également dans certaines villes de province des incidents entre jeunes et forces de l’ordre qui semblent symptomatiques d’un climat en voie de dégradation.

Par ailleurs, Les Cahiers pédagogiques, organe spécialisé dans le dénigrement des réformes de l’éducation (et dont la « revue de presse » est orientée uniquement vers des publications de gauche comme Libération ou Rue 89) attise en permanence les braises contestataires qu’il se plaît à détecter ici ou là.

Une « nuit des lycéens », le 15 décembre, est même programmée afin de lutter contre le projet du ministre de l’Education nationale.

Des syndicats comme le SNES ne sont pas en reste pour créer une agitation propice à remettre en avant leur notoriété, entamée par la perte continuelle d’adhérents. Nous avons pu photographier, hier soir, alors que nous procédions à sa filature, un de leurs véhicules arborant des slogans revendicatifs.

Nous attirons donc l’attention de Madame la ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités locales, sur le climat délétère qui empoisonne, en cette fin d’année, le monde de l’Education nationale.

Nous nous permettons, par la même occasion, de demander des moyens supplémentaires en hommes, matériel et véhicules afin de pouvoir assumer au mieux nos missions d’ordre public.

J.-P. LC et M.E. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article