MARSEILLE : MOBILISATION DANS L’EDUCATION NATIONALE

Publié le par Webmaster

A Marseille, et dans tout le département, les enseignants, élèves et parents d’élèves se mobilisent pour exprimer leur refus des réformes de l’Education nationale menées par le gouvernement. Ils réclament la priorité de moyens pour l’Education nationale et l’arrêt de la politique réactionnaire de Darcos.

Depuis le 20 novembre, les lycéens se sont mobilisés à Marseille à plusieurs reprises en bloquant leur lycée (St Charles, Marie Curie, Diderot, Victor Hugo, St Exupéry, Montgrand…), manifestant dans le centre-ville ou devant l’Inspection académique, en mobilisant journalistes (nombreux articles dans les quotidiens régionaux), policiers (quelques interventions de CRS), et leurs enseignants les jeudi 27 novembre, mardi 2 décembre, jeudi 4 décembre, vendredi 5 décembre… Les professeurs et élèves d’Antonin Artaud occupent le lycée mardi 9 décembre au soir.

Les instituteurs s’organisent en dehors des journées de grève : la nuit des écoles, jeudi 4 décembre, a été une réussite qui a réuni, à l’appel de syndicats, d’associations de parents d’élèves, et d’écoles réunis en collectifs ou AG, près de 2000 personnes (parents d’élèves, enseignants, enfants) en veillée à l’école Leverrier (4ème) et dans nombre d’écoles du département, et en manifestation de Leverrier au Vieux-Port, avec là encore nombre de journalistes présents. Une seconde nuit des écoles doit-être organisée avant les vacances de décembre, afin de réunir un maximum de monde, régulièrement.

A la suite des lettres des instituteurs Refalo et Cazals, adressées à leur hiérarchie, près de 140 enseignants du premier degré des écoles de Marseille ont déposé vendredi 5 décembre une lettre de désobéissance pour faire face aux réformes de casse de l’Education nationale, soutenus par 450 signatures de soutien de parents d’élèves. Des enseignants de lycée et de collège se préparent à en rédiger pour soutenir l’initiative des instituteurs (Lycée Victor Hugo…).

De nombreux collectifs de parents d’élèves/enseignants s’organisent dans les écoles pour informer sur la réalité des réformes, produisant des textes d’analyse ou des tracts, et prennent des initiatives (blocages d’école le vendredi 5 au matin,  participation à la manifestation prévue le mercredi 10 décembre après-midi).

Que tous rejoignent ces initiatives ou en lancent de nouvelles !

 

Dans les autres régions de France ont lieu des grèves, manifestations et occupations d’écoles et de lycées à l’échelle locale que les medias nationaux relaient très peu. Les syndicats sont reçus par le ministère dans la semaine du 8 décembre, et se questionnent sur l’éventualité d’une grève. Tous ont déclaré, ce 1er décembre, vouloir mettre la pression sur le ministre, qui fait le dos rond.

Militants, citoyens et élèves ne les ont pas attendu

(communiqué Sud Education)

Commenter cet article