Deux articles d'actions menées dans la Vienne et l'Hérault

Publié le par Webmaster

Des "apéros à l'école" pour aborder les réformes de l'éducation

Des Les instituteurs du SNUipp-FSU de la Vienne ont lancé une opération "Apéros à l'école" pour expliquer leurs "craintes" sur les réformes à venir dans l'éducation nationale et "mobiliser" les parents, a indiqué mardi ce syndicat.

"A la santé des enfants pour qu'ils ne trinquent pas plus tard", annonce le slogan des instituteurs de la Vienne dont le premier "Apéro à l'école" a eu lieu vendredi. Une trentaine d'opérations de ce genre sont prévues d'ici au 16 décembre dans le département.

"Notre objectif est d'expliquer nos craintes aux parents d'élèves, leur dire que notre grève du 20 novembre n'était pas un combat pour les enseignants, mais pour l'école et les enfants", explique Francette Popineau, du SNUipp-FSU-86. "C'est leur avenir qui nous inquiète, pas le nôtre".

Entre un verre de jus et un morceau de cake, il est beaucoup question de la politique du ministre de l'Éducation nationale Xavier Darcos et des réformes en cours.
L'objectif est d'expliquer mais également de mobiliser les parents pour élargir le mouvement de grogne contre le ministre de l'Éducation, "parce que tant que ce sont les enseignants qui protestent, le gouvernement s'en moque", note la syndicaliste.

Le premier "Apéro à l'école", vendredi à Vendeuvre après les cours, a débouché sur une pétition écrite en commun. (Source AFP)



le 02/12/08 18:54

Les syndicats soutiennent un directeur d'école "en résistance"

Les syndicats soutiennent un directeur d'école Cinq syndicats appellent à une manifestation de soutien, mercredi à Montpellier, à un directeur d'école convoqué devant l'Inspection académique de l'Hérault après avoir annoncé, dans une lettre à Nicolas Sarkozy, son "entrée en résistance" face aux réformes engagées dans l'Education nationale.

Face aux réformes de Xavier Darcos, la grogne monte dans l’Education nationale. En témoigne cette initiative d’un directeur d’école maternelle de l’Hérault qui annonce dans une lettre au président de la République être "entré en résistance." Un acte qui lui a valu une convocation devant l’Inspection académique de son département. Cette convocation a déclenché la fureur de plusieurs syndicats qui montent au créneau pour lui venir en aide.

En effet, le SNUipp/FSU, SUD Education, le SNE/CSEN, le SNUDI-FO, la CNT Education, ont indiqué mardi qu'ils s'opposeraient à toute forme de sanction qui pourrait être prise à l'encontre de leur collègue. Celui-ci, "par son initiative, incarne la résistance qui s'organise collectivement dans tout le département mais également dans tout le pays depuis la grève du 20 novembre" contre les réformes du ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, affirment les syndicats.

Récemment, un professeur des écoles de Haute-Garonne a appelé sur internet à la "désobéissance pédagogique" pour protester contre les programmes scolaires préconisés à la rentrée 2008. A Marseille, des écoles ont rédigé des lettres de désobéissance collectives qui devraient être remises vendredi à l'Inspection académique. (Source AFP)

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article