Sud Ouest : Darcos signe et persiste

Publié le par Webmaster


BORDEAUX. Des manifestants attendaient le ministre devant la mairie après sa prestation

Darcos signe et persiste

Des couches-culottes accrochées aux grilles qui entourent la cathédrale en face de la mairie de Bordeaux. Allusion pas du tout voilée aux déclarations du ministre à propos du travail des enseignants dans les classes maternelles. Selon lui, des bac + 5 seraient employés à « changer des couches-culottes » alors que seuls les enfants qui sont propres peuvent entrer en maternelle.

Quelque 600 manifestants du monde enseignant et des parents d'élèves profitaient hier de la venue à Bordeaux du ministre de l'Éducation, Xavier Darcos, accompagné par Valérie Pécresse, secrétaire d'État à l'enseignement supérieur, pour exprimer leur mécontentement. Graziella Danguy, du FSU, membre de l'intersyndicale, explique que ses représentants « n'ont pas accepté d'être reçus par un directeur de cabinet, alors qu'ils avaient demandé à parler au ministre. Une fois de plus, M. Darcos a témoigné le mépris qu'il porte aux enseignants, alors que nous souhaitions évoquer l'ensemble des mesures qu'il prend pour mettre à mal l'Éducation nationale : suppression de postes, réforme du lycée, conditions de travail. »

Congrès

Le ministre recevait depuis le matin, au palais des Congrès de Bordeaux-Lac, ses homologues de 29 pays européens. Les congressistes étaient ensuite accueillis à la mairie par Alain Juppé.

Le directeur de cabinet de Xavier Darcos a néanmoins rencontré une délégation des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public, auxquelles il a assuré que les postes de détachés n'étaient pas financièrement remis en cause.

Ce qui n'a pas manqué d'étonner les membres des huit associations, dont le Centre d'entraînement aux méthodes d'éducation active (Ceméa) ou la Ligue de l'enseignement public.

Auteur : Hélène Rouquette-valeins

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article