Corsica News : Maternelle, école en voie d'extinction

Publié le par Webmaster

Le Ministre de l'éducation, Xavier Darcos, avait prévenu : il n'était pas "vraiment logique que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches" l'école va donc être repensée pour que maintenant c'est vous qui payez pour que soit, selon la formule ministérielle, torché le cul de votre cher enfant, avec en toile de fond la disparition programmée de cet échelon au combien "inutile" de l'éducation nationale.

Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille et à la démagogie, le confirme en effet l'école à deux ans ce sera fini ou ce sera payant, vantant les mérites de "jardins d'éveil", en effet selon le gouvernement et ses sbires, la scolarisation précoce serait nocive pour les enfants.

Si bien entendu la poursuite d'un intérêt financier de l'Etat n'est que péniblement camouflée, ce seront les communes qui seront appelées à mettre la main à la poche*, les effets pernicieux sont volontairement occultés puisque, c'est le comble, il ne conviendraient pas à la frange habituelle de l'électorat UMP.
Ainsi l'effet sur la natalité du renchérissement des coûts de scolarité n'est évidemment pas abordé (et pourtant des études internationales ont prouvé que l'accueil gratuit des jeunes enfants expliquait en grande partie la bonne santé du taux de procréation français comparativement aux autres nations "occidentales") avec donc une future incidence sur l'immigration nécessaire à l'économie, en outre, cette légère modification ne manquera pas, selon toute logique, de provoquer de nouvelles fermetures de classes, puisque les variations de la natalité étaient justement tempérées au niveau du nombre d'élèves inscrits par l'inscription des plus jeunes.

Un beau progrès en perspective.

*en outre, comble du ridicule, la Cour des comptes dans un avis publié en septembre estimait que : "le
coût par enfant est moindre s’il est accueilli en maternelle plutôt qu’en établissements d’accueil de jeunes enfants (13.368 € en 2006 en EAJE, contre 4.570 € en maternelle, hors périscolaire)", estimant que la diminution "du taux de scolarisation des 2-3 ans de 27% entre 2003 et 2007", faute d'effectifs suffisants, apparaissait "peu cohérente au regard de la bonne utilisation de l’argent public" on ira après ça chercher le pourquoi du comment.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article