Darcosarkozysme

Publié le par Webmaster



L'article de Xavier Darcos paru dans Le Monde du 18 juillet, intitulé "Le sarkozysme est l'allié de l'école", m'a profondément indigné. Quel ton !

Pourquoi cette charge pamphlétaire (...) contre ses adversaires, regroupés sous le terme, infamant à ses yeux, de pédagogistes ? Pourquoi ainsi stigmatiser tous ceux qui estiment que la pédagogie est essentielle pour transmettre le savoir ? Pourquoi les ridiculiser en prétendant qu'ils s'opposeraient à la volonté ministérielle "d'apprendre aux élèves à savoir lire, écrire et compter" — objectif de base bien évidemment reconnu par tous ? (...) Déformer aussi fielleusement et mensongèrement les arguments d'enseignants respectables est totalement inadmissible de la part d'un ministre de l'éducation nationale. On retrouve la même sophistique haineuse quand M. Darcos évoque l'expression " placer l'élève au centre du système éducatif" qu'il présente comme une conception qui aurait affaibli la fonction du maître, sapé son autorité et rabaissé son prestige.

C'est tout le contraire. Employer cette formule, c'est estimer que le système éducatif n'est pas fait pour le confort des adultes, mais pour permettre l'instruction, l'éducation et la structuration de la personnalité de l'élève et, qu'à ce titre, l'enseignement requiert l'adhésion volontaire de l'élève à sa propre formation. Pour atteindre ce but, l'élève doit être considéré comme une personne et non comme un simple entonnoir. Une telle conception, loin de rabaisser la mission de l'enseignant, au contraire la rehausse. Je ne peux imaginer que Xavier Darcos se soit aussi profondément trompé sur la valeur de l'expression. Il est donc de mauvaise foi (...). Et si quelques-uns des projets de M. Darcos peuvent offrir un certain intérêt (...), les placer, comme il vient de le faire avec cet article venimeux, sous l'égide de la politique si controversée qu'est le sarkozysme discrédite désormais l'ensemble de ses réformes. Le darcosarkozysme est l'ennemi de l'école.


Agrégé de lettres classiques,

inspecteur pédagogique régional retraité

Raymond MALLERIN

Article paru dans l'édition du 10.08.08.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article