100 chercheurs contre les mesures Darcos

Publié le par Webmaster

http://www.cafepedagogique.net

Cent chercheurs appellent à "sauver le primaire "

S. Beaud, M. Duru-Bellat, S. Joshua, B. Lahire, C. Lelièvre, P. Meirieu, P. Merle, JY Rochex, A Van Zanten pour ne citer que les plus célèbres, une centaine de chercheurs en sciences de l'éducation lancent un appel au rassemblement contre les mesures Darcos. "Il est plus que temps que la communauté intellectuelle, les parents, les enseignants et l’ensemble des citoyens intéressés à la cause de l’école publique se réunissent pour mettre un terme à cette contre- réforme et créent les conditions d’un autre avenir pour ce qui constitue la base de l’ensemble du système d’enseignement" affirment-ils.

 

"Alors que les inégalités sociales de réussite scolaire sont toujours aussi manifestes, que pour toutes les familles les attentes à l’égard de l’école restent vives, une politique résolue doit être mise en œuvre pour prévenir, dès le plus jeune âge, la difficulté scolaire et mieux assurer la rencontre de tous les élèves avec les savoirs et les pratiques scolaires. Les acquis de la recherche démontrent qu’il s’agit de redonner toute leur place aux apprentissages des écoles maternelles et élémentaires, de renforcer leur cohérence, de prendre le temps de l’explicitation des attentes et de la régularité du travail demandé aux élèves, de mieux répartir les enseignements sur la semaine et sur l’année". Toutes choses que, selon eux, ne préparent pas les mesures ministérielles.

 

"La politique gouvernementale prépare une véritable débâcle" prédisent-ils. "Avec moins de 140 jours de classe par an, la France se situerait à un niveau des plus médiocres parmi les pays comparables. Mais il faudrait en plus se soumettre à des programmes impossibles.. On sait d’avance quels groupes sociaux feront les frais d’une telle politique".

Dans Libération du 26 juin

Sur le Café, le reportage sur la réunion du 25 juin

Sur le Café, le dossier programme du primaire


Sauvons l’école primaire
Par 100 chercheurs de différentes disciplines *
LIBERATION QUOTIDIEN : jeudi 26 juin 2008

Une régression d’ampleur se prépare pour l’école primaire. Les nouveaux programmes imposés sans aucune concertation, les suppressions de postes, qui mettent à mal en particulier les écoles rurales et les écoles urbaines en zones «sensibles», et, peut-être plus encore, la suppression de deux heures de classe par semaine préparent une désorganisation funeste de l’école publique.

Pour mettre en œuvre les consignes démagogiques du président de la République, l’affaire a été, si l’on peut dire, bien conduite. Le gouvernement faisait siens des slogans pédagogiques à la saveur nostalgique tout en offrant aux familles la perspective de week-ends bien remplis. Le ministre renouvelait ses promesses de concertation tout en imposant des mesures drastiques et incohérentes sur les postes comme sur les contenus. Il proposait tout à la fois le retour aux «fondamentaux» et l’ouverture vers de nouvelles matières, le tout en passant de vingt-six à vingt-quatre heures hebdomadaires d’enseignement. Et, comme s’il fallait encore en rajouter dans l’incohérence et la mesquinerie politique, les collectivités locales ne furent en aucune façon associées à l’indispensable réflexion qu’impose cette réorganisation du temps de l’élève, des familles et de l’ensemble de la vie sociale.

Nous ne nous satisfaisons pas du statu quo. Alors que les inégalités sociales de réussite scolaire sont toujours aussi manifestes, que pour toutes les familles les attentes à l’égard de l’école restent vives, une politique résolue doit être mise en œuvre pour prévenir, dès le plus jeune âge, la difficulté scolaire et mieux assurer la rencontre de tous les élèves avec les savoirs et les pratiques scolaires. Les acquis de la recherche démontrent qu’il s’agit de redonner toute leur place aux apprentissages des écoles maternelles et élémentaires, de renforcer leur cohérence, de prendre le temps de l’explicitation des attentes et de la régularité du travail demandé aux élèves, de mieux répartir les enseignements sur la semaine et sur l’année.

Or, la politique gouvernementale prépare une véritable débâcle. Avec moins de 140 jours de classe par an, la France se situerait à un niveau des plus médiocres parmi les pays comparables. Mais il faudrait en plus se soumettre à des programmes impossibles, tout à la fois lacunaires, parfois incroyablement précis, et globalement inapplicables. Et se résoudre à la concentration du tissu scolaire, à l’abandon de toute perspective de développement du soutien scolaire dans le cadre même de l’enseignement obligatoire. Si la prise en charge par l’école du soutien hors des heures de classe peut constituer une piste intéressante, elle ne saurait constituer une véritable politique scolaire, ni faire l’économie d’une réflexion d’ensemble sur les programmes et sur le travail demandé à l’élève. Et, s’agissant de l’application des nouvelles instructions, on ne sait trop ce qui pourra résulter d’injonctions aussi paradoxales. S’agira-t-il de liquider l’enseignement des sciences, de l’histoire, de la géographie, des arts plastiques et de l’éducation physique, de sacrifier l’enseignement des «fondamentaux» eux-mêmes, par leur rétrécissement sur des journées intenables, dans la répétition stérile et la stigmatisation des élèves les plus en difficulté ?

On sait d’avance quels groupes sociaux feront les frais d’une telle politique. Les familles des classes populaires seront ainsi soumises à des conditions de scolarisation rendant toujours plus probables le décrochage, la perte des espérances de réussite et l’abandon. Les familles des classes moyennes et supérieures y perdraient elles aussi d’une autre manière, contraintes d’aller engraisser un peu plus les officines de cours privés.

Il est plus que temps que la communauté intellectuelle, les parents, les enseignants et l’ensemble des citoyens intéressés à la cause de l’école publique se réunissent pour mettre un terme à cette contre- réforme et créent les conditions d’un autre avenir pour ce qui constitue la base de l’ensemble du système d’enseignement.

http://sauvons-lecole-primaire.blogspot.com

*Yves Alpe (sociologie, Aix-Marseille, Observatoire de l'Ecole Rurale),Bruno Ambroise (philosophie, Amiens),Valérie Aucouturier (philosophie, Paris 1),Ludivine Balland (science politique, Toulouse),Stephane Beaud (sociologie, ENS Paris),Fabienne Berton (sociologie, CNAM),Choukri Ben Ayed (sociologie, Saint-Etienne),Romuald Bodin (sociologie, EHESS Paris),Stéphane Bonnéry (sciences de l’éducation, Paris 8),Vincent Bonnin (droit, Poitiers),Stéphanie Bordel (psychologie, Poitiers),Samuel Bouron (sociologie, Poitiers),Guy Brucy (histoire de l’éducation, Amiens),Isabelle Bruno (science politique, Lille),François Burban (sciences de l'éducation, Nantes),Patrick Champagne (sociologie, INRA/CSE),Pierre Champollion (sciences de l’éducation, Grenoble, Observatoire de l'Ecole Rurale),Pierre Clément (sociologie, Amiens),Danièle Coquin (psychologie, Poitiers),Philippe Coulangeon (sociologie, CNRS),Pierre Cours-Salies (sociologie, Paris 8),Claire Danjoie (science politique, Toulouse),Carole Daverne (sciences de l’éducation, Nantes),Muriel Darmon (sociologie, CNRS),Christine Détrez (sociologie, ENS Lyon),Paul Dirkx (sociologie, Nancy 2),Marie Duru-Bellat (sociologie, Sciences-Po Paris),Yves Dutercq (sciences de l'éducation, Nantes),Philippe Enclos (droit, Lille 2),Jean-Pierre Escriva (sociologie, Poitiers),Nathalie Ethuin (science politique, Lille 2),Jean-Luc Fauguet (sociologie, Aix-Marseille),Sylvia Faure (sociologie, Lyon2),Daniel Frandji (sociologie, Lyon 1),Marie-Carmen Garcia (sociologie, Lyon 2),Daniel Gaonac'h (psychologie, Poitiers),Rachel Gasparini (sociologie, Lyon 1),Ludovic Gaussot (sociologie, Poitiers),Bertrand Geay (sociologie de l’éducation, Amiens),Jean-Paul Géhin (sociologie, Poitiers),Severine Gojard, (sociologie, INRA),Pascal Guibert (sciences de l’éducation, Nantes),Pierig Humeau (sociologie, Poitiers),Marie-Hélène Jacques (sciences de l'Education, Poitiers),Florence Jamay (droit, Amiens),Gisèle Jean (Iufm, Poitiers),Yves Jean (géographie, Poitiers),Samuel Johsua (sciences de l’éducation, Aix-Marseille),Anne Joulain (sciences fondamentales et appliquées, Poitiers),Michel Koebel (sociologie, Reims),Bernard Lacroix (science politique, Nanterre),Bernard Lahire (sociologie, ENS Lyon),Xavière Lanéelle (sociologie de l'éducation, Nantes ),Nicole Lautier (sciences de l’éducation, Amiens),Frédéric Lebaron (sociologie, Amiens),Rémi Lefèbvre (science politique, Reims),Nicolas Lefol (sociologie, Poitiers),Claude Lelièvre (histoire de l'éducation, Paris 5),Josette Lefèvre (science politique, CNRS),Patrick Lehingue (science politique, Amiens),Remi Lenoir (sociologie, Paris 1),Gérard Mauger (sociologie, CNRS),Philippe Meirieu (sciences de l’éducation, Lyon),Georges Menahem (économie, CNRS),Pierre Mercklé (sociologie, ENS Lyon),Pierre Merle (sociologie, Rennes),Dominique Merllié (sociologie, Paris 8),Sébastien Michon (sociologie, Strasbourg),Mathias Millet (sociologie, Poitiers),Philippe Monchaux (sciences de l’éducation, Amiens),Didier Moreau (philosophie de l'éducation, Nantes),Gilles Moreau (sociologie, Poitiers),Laurence Morel (science politique, Lille),Sandrine Nicourd (sociologie, Paris 13),Christian Orange (didactique des sciences, Nantes),Nathalie Oria (sociologie, Amiens),Brigitte Orsier (technicien RF, Poitiers),Eric Passavant (sciences du sport, Amiens),Jean-Michel Passerault (psychologie, Poitiers),Thérèse Perez-Roux (sciences de l'Education, Nantes),Frédéric Pierru (sociologie, CNRS),Louis Pinto (sociologie, CNRS),Gilbert Quélennec (artiste),Philippe Raimbault (droit public, Toulouse 1),Sébastien Ramé (sociologie, Poitiers),Patrick Rayou ( sciences de l'éducation, Paris 8),Graciela Ricco (psychologie, Paris 8),Sophie Richardot (psychologie, Amiens),Jeanine Richard-Zappella (linguistique, Amiens),Jean-Yves Rochex (sciences de l’éducation, Paris 8),Daniel Rome (économie-gestion, Paris 13),Françoise Ropé (sciences de l’éducation, Amiens),Sabine Rozier (science politique, Amiens),Grégory Salle (science politique, CNRS).,Maryse Tripier (sociologie, Paris 7),Louis-André Vallet (sociologie, CNRS),Agnès Van Zanten (sociologie, CNRS),Maria Vasconcellos (sociologie, CNAM),Philippe Vitale MCF (sociologie, Aix-Marseille),Laurent Willemez (sociologie, Poitiers),

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article