L'IUFM de Nantes en rébellion

Publié le par Webmaster

(vu sur le café pédagogique)

L'IUFM de Nantes en rébellion 

Par Lucie Gillet


L'amphi de l'IUFM de Nantes affiche complet. C'est peut-être parce qu'aujourd'hui on y entend une leçon pas ordinaire :  pour faire passer leur message d'opposition à la réforme des programmes du primaire et de la formation des maîtres, les formateurs donnent leur version de la classe en 2010…


Parodie ?


La présentation de ce matin s'appuie sur les manuels déjà édités (mars 2008) des Nouveaux Programmes. A la tribune l'oratrice évoque son statut, depuis que les IUFM ont disparu, c'est l'Université qui recrute du personnel (peu formé) elle est donc « compagnonne ». Toutefois ce statut ne doit pas nuire à son autorité aussi demande-t-elle à l'auditoire de se lever.

Le public se plie à ses exigences de bonne grâce.

On évoque rapidement le fait que la Marseillaise est désormais obligatoire, nul besoin de revenir la-dessus.

L'animation du jour porte sur les nouvelles méthodes de lecture et d'instruction civique. Au programme le son [i], le son [l] avec des exemples de phrases aussi intéressants que « Milo tape Riri le rat. Tata Sara rit . » Il faut s'entrainer à lire « riri – iri – ari- irari ».


En éducation pardon, instruction civique, il s'agit d'une notion sur le respect de soi. Est projetée une page de manuel avec la photo d'une petite fille le doigt dans le nez. Questions (tirées du manuel) : « Que fait cette enfant? »; « Se respecte-t-elle? », « Respecte-t-elle les autres? »... La salle rit, amusée.

Pour conclure, parce qu'il faut aller vite n'est-ce pas dans cette animation pédagogique, l'oratrice n'aura que 5 mn à accorder aux questions, devant retourner au plus vite devant ses élèves.



La fin des IUFM ? La résistance s'organise…


La parodie décrite précédemment est une « manifestation » afin de démontrer qu'enseigner est un métier qui s'apprend, qu'il nécessite une formation initiale et continue...


Se mobilisant en tant qu'Enseignants Maitres Formateurs, Profs d'IUFM ils appellent aujourd'hui à une Coordination des IUFM et à des États généraux qui se réuniraient à la Toussaint 2008. Toutefois il leur semble qu'il ne faut pas attendre pour se mobiliser, les Profs d'IUFM et IMF s'étaient ainsi associés à « la nuit des écoles » le 13 juin, en occupant l'IUFM de Nantes afin de sensibiliser à leur disparition. Se profile une Université d'Eté, à suivre...


Reprenant l'appel des profs IUFM de Tours-Orléans, ils se positionnent contre la disparition des IUFM, contre l'application des mesures Darcos et les nouveaux programmes, pour une réelle formation professionnelle au sein de l'IUFM.


Les enseignants formateurs appellent également à signer l'appel à la désobéissance pédagogique : « Nous ne pouvons accepter les nouveaux programmes marqués par une conception mécaniste des apprentissages, une inadaptation des contenus, et un affaiblissement de leur dimension culturelle. Nous ne pouvons accepter cette vision passéiste de l’école, cet appauvrissement sans précédent des apprentissages et des objectifs. Nous ne pouvons accepter une telle incohérence, un tel renoncement sur l’essentiel, qui pénalisera de fait les élèves en difficulté, ceux qui ont le plus besoin d’école. Nous n’appliquerons pas les nouveaux programmes ! »

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article