Ouest France le 13 juin

Publié le par Webmaster

Ils veulent occuper un millier d'écoles cette nuit



Un millier d'écoles occupées, tel est l'objectif de cette nuit des écoles en protestation contre le projet de loi Darcos.

Lancée dans l'Ouest, l'opération « Nuit des écoles » conteste la réforme Darcos. Ce soir, les classes deviendront des dortoirs. Exemple à Angers.

ANGERS. - « École en danger : non à la robotisation des enfants. » Dès le mois d'avril, une banderole a été affichée aux portes de l'école Adrien-Tigeot, à Angers. Depuis, la réforme engagée par le ministre de l'Éducation, Xavier Darcos, mobilise sans relâche les parents d'élèves. « Une pétition a recueilli 200 signatures », revendique le « noyau dur» des contestataires, principalement des femmes, conseillère d'orientation, secrétaire, prof de lycée, psychologue du travail...

Lasses de ne pas être davantage entendues, elles ont décidé, sur un coup de colère, d'organiser une « action plus visible, qui n'entraverait pas le fonctionnement de l'école ». D'où leur idée d'occuper une nuit entière les locaux, le 27 mai.

Blogs sur Internet

L'idée a séduit. « L'une d'entre nous était présente à la manifestation de Paris, le 18 mai. Elle y a rencontré des parents venus de toute la France et a collecté beaucoup de mails. » Relayé par des collectifs de parents d'élèves un peu partout en France et par des blogs sur internet, le mouvement a largement échappé à ses créateurs, qui s'en moquent éperdument. « Entre la fête de l'école, les spectacles de fin d'année et notre mobilisation, on a trop le nez dans le guidon pour avoir une vision nationale », sourient-elles.

Vendredi, elles participeront à la «Nuit des écoles» - format national - qui ambitionne de mobiliser 1000 établissements scolaires, à travers la France. Leur initiative est soutenue et relayée par la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) et le syndicat enseignant Snuipp. Mais elles insistent : « Ce ne sont pas eux qui nous réunissent, mais notre inquiétude. »

Laurent BEAUVALLET.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article