20 minutes le 13 juin

Publié le par Webmaster

A Paris, la Nuit des écoles fait déjà grincer des dents

Pour Pascal Moncey, parent d'élève de l'école maternelle Marcadet (18e), l'opération Nuit des écoles aura un air d'« auberge espagnole ». Dès ce matin, des parents, qui dénoncent les réformes du ministre de l'Education, Xavier Darcos, vont donc aménager un lieu pour dîner et dormir dans l'établissement. « Je viens avec mes deux enfants, de 5 ans et 2 ans et demi, raconte Pascal Moncey. Je leur ai expliqué qu'on faisait la grève pour que l'école reste sympa. » Depuis sept jours, parents et instituteurs font grève ensemble sur place, notamment contre la suppression de la carte scolaire. En guise de réponse, l'inspecteur de l'académie de Paris avait annoncé mercredi la fermeture des écoles ce samedi matin « afin d'éviter tout risque sanitaire ». Furieuse, la Ville de Paris a assuré que les classes seraient nettoyées et le rectorat a fait marche arrière. Mais les relations restent crispées. Corinne Réty, une administratrice FCPE ayant assité mercredi au conseil départemental de l'Education nationale pour les fermetures et ouvertures de classes de la rentrée 2008, a dénoncé une réunion « très politique et extrêmement tendue ». document.getElementById("legendePhotoVisible").innerHTML = document.getElementById("legendePhotoInVisible").innerHTML;

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article